MANGO enregistre des ventes d’une valeur de 2,260 milliards d’euros et atteint un EBITDA de 77 millions d’euros en 2016

  • La chaîne consolide son nouveau modèle de « retail » et compte déjà 191 mégastores, dont 24 ouverts en 2016.
  • L’entreprise a ouvert plus de 57 000 mètres carrés de boutiques franchisées au cours de l’année passée.
  • La vente en ligne croît de 25,6 % pour atteindre les 294 millions d’euros, représentant ainsi 13 % du chiffre d’affaires total.
  • Le parc de boutiques est de 2 217 points de vente à la clôture de l’exercice, pour une surface totale de 798 000 m².
  • Il y a une bonne évolution des lignes MAN, KIDS et VIOLETA, qui représentent déjà 17,6 % du chiffre d’affaires.
  • L’entreprise a enregistré un résultat négatif de 61 millions dûà l’impact défavorable du taux de change et à l’implantation d’un Plan de transformation : investissement dans la nouvelle chaîne de boutiques, renforcement du modèle fast-fashion et mise en marche du nouveau centre logistique à Lliçà d’Amunt.
  • L’entreprise prévoit de retrouver la voie des bénéfices en 2017 et d’atteindre un EBITDA supérieur à 150 millions d’euros grâce à l’augmentation des ventes entamée durant le dernier tiers de l’année 2016.
  • À la clôture du mois de juin 2017, en comparaison avec la même période de l’année précédente, l’EBITDA a augmenté de plus de 30 millions d’euros, et le résultat a progressé de plus de 45 millions d’euros. Ces chiffres dépassent les objectifs que la marque s’était fixés au début de l'exercice en cours.

 

Barcelone, le 11 août 2017 – MANGO MNG Holding a clôturé l’exercice 2016 avec des ventes de 2,260 milliards d’euros. 79 % du chiffre d’affaires correspondent à l’activité internationale tandis que 21 % correspondent au marché national. L’exercice a connu deux phases très différentes : un premier semestre caractérisé par l’atonie du marché, puis une amélioration considérable au cours du second semestre, une tendance qui se maintient durant les premiers mois de l’année 2017. En ce qui concerne les lignes commerciales, on notera le comportement de Man, Kids et Violeta, qui ont représenté 17,6 % du chiffre d’affaires, contre 14,7 % pour l’exercice précédent.

L’EBITDA de MANGO MNG Holding a été de 77 millions d’euros, contre 170 l’année précédente. Ce chiffre a été affecté par des ventes en deçà des prévisions pour le premier semestre 2016, par l’implantation d’un modèle fast-fashion plus ambitieux qui a au départ réduit les marges, et par le comportement défavorable de devises clés pour l’entreprise : revalorisation du dollar et dépréciation de la lire turque et du rouble russe. De même, l’entreprise a maintenu un rythme d’investissement soutenu, poursuivant le plan de transformation de ses boutiques, et a dû faire face aux dépenses résultant de la mise en marche de son nouveau centre logistique mondial à Lliçà d’Amunt (Barcelone). Ces facteurs ont été à l’origine d’un résultat négatif de 61 millions d’euros.

Depuis septembre 2016, l’évolution des activités a changé de manière radicale et une croissance du chiffre d’affaires a été enregistrée, laissant à penser que l’année 2017 marquera un retour sur la voie des bénéfices.

Les chiffres atteints de janvier à juin 2017 dépassent les objectifs que l’entreprise s’était fixés au début de cet exercice. Le résultat a augmenté de 45 millions d'euros par rapport à l’année précédente, et l'EBITDA a progressé de plus de 30 millions d’euros. Cette amélioration importante est essentiellement due à la consolidation du nouveau format de boutique (mégastore) et à l’optimisation des « stocks » associés à la nouvelle stratégie de fast-fashion, qui permet à l’entreprise de répondre mieux et plus rapidement aux besoins du marché.

Selon le vice-président exécutif de MANGO, Daniel López : « En 2016, nous avons approfondi le processus de transformation du modèle commercial de l’entreprise, ce qui a entraîné une baisse de notre EBITDA et, par conséquent, un sacrifice en termes de bénéfice cette année. Les premiers résultats de cette décision sont déjà visibles depuis septembre 2016 et nous sommes optimistes pour 2017. » Au cours des douze derniers mois, MANGO a également progressé dans la professionnalisation de sa structure directive, renforçant son comité exécutif avec l’intégration de nouveaux directeurs dans les domaines suivants : retail, produit, client et technologie. « Nous disposons des personnes adéquates pour que MANGO puisse continuer de figurer parmi les grandes multinationales mondiales du secteur de la mode », souligne López.

 

Le succès de Mango.com

La vente en ligne a continué de gagner du terrain par rapport à l’ensemble du groupe. En effet, en 2016, le chiffre des ventes pour ce canal a augmenté de 25,6 % par rapport à 2015, atteignant ainsi les 294 millions d’euros, soit 13 % du chiffre d’affaires total du groupe. Cela représente une augmentation de 60 millions par rapport à l’année précédente, pour laquelle la vente en ligne représentait 10,7 % des ventes totales. MANGO s’est fixé comme objectif de voir le canal e-commerce atteindre 20 % du chiffre d’affaires total en 2020.

MANGO vend ses articles via ses plateformes en ligne dans un total de 83 pays répartis sur les cinq continents, offrant une expérience d’achat totalement intégrée avec les boutiques physiques. L’une des clés de la croissance des activités en ligne a été de miser sur les améliorations de l’utilisabilité de la plateforme, notamment concernant sa version mobile, qui a connu en 2016 une grande avancée qualitative avec une application actualisée, un processus de paiement encore plus simple permettant d’acheter en un clic et la refonte du menu de navigation, entre autres optimisations. En parallèle, nous avons continué de miser sur l’excellence dans les opérations et services de la plateforme, avec des délais de livraison encore plus courts, davantage d’options pour faciliter les retours et l’intégration de nouveaux modes de paiement sur des marchés comme l’Allemagne, la Chine ou la Turquie.                       

En 2016, le portail e-commerce du groupe a reçu un total de 397 millions de visites (54 millions de plus que l’année précédente avec une croissance de 15,7 %) et un total de 150 millions d'utilisateurs uniques (12,5 % de plus). À la clôture de l’année, plus de 60 % du trafic se faisait déjà via des appareils mobiles. 

 

Consolidation du nouveau modèle de retail et croissance des franchises

MANGO a mené à bien un processus de consolidation de son nouveau modèle de retail basé sur l’ouverture de mégastores en parallèle avec la fermeture de boutiques plus petites. MANGO a clôturé l’exercice 2016 avec 191 mégastores, dont 24 ouverts au cours de l’année. La surface moyenne des mégastores ouverts est de 1 100 m².

En ce qui concerne le nombre total de points de vente, le groupe comptait à la clôture de l’année 2 217 boutiques, après avoir décidé de ne pas renouveler son accord avec l’entreprise JC Penney aux États-Unis, avec laquelle MANGO avait environ 440 petits espaces de vente.

Depuis le mois de novembre dernier, avec l’ouverture d'un mégastore au Surinam, MANGO est présent dans 110 pays, avec une surface de vente globale de 798 000 m². Au cours de l’année 2016, 57 000 nouveaux mètres carrés de surface commerciale ont été ouverts sous le régime de la franchise. À la clôture de l’année, l’entreprise comptait au total 1 167 franchises dans le monde entier, ce qui représente environ 52 % de tous les points de vente de la multinationale de mode. Durant l’exercice 2017, le groupe prévoit de maintenir sa croissance grâce à ce modèle et d’ouvrir 66 000 nouveaux mètres carrés franchisés.